30/08/2004

US Open - «J'ai appris à être tolérante» (30/08/2004)

© Belga
Justine Henin aborde l'US Open avec une nouvelle philosophie

NEW YORK C'est gonflée à bloc que Justine Henin-Hardenne (WTA 1) revient sur le ciment de ses exploits pour entamer la défense de son titre à l'US Open. Elle y rencontrera, mardi, l'espoir tchèque Nicole Vaidisova (WTA 126), 15 ans, issue des qualifications et récente lauréate du tournoi de Vancouver, dans un match que Carlos Rodriguez craint comme la peste. Tout auréolée de sa médaille d'or conquise aux Jeux d'Athènes, l'Ardennaise apparaît comme la favorite du tournoi féminin aux yeux des médias américains.

«Je me sens bien, même si j'ai passé la plupart de mon temps à récupérer et à décompresser après le tournoi olympique d'Athènes. J'ai vraiment vécu une expérience inoubliable en Grèce. Je me suis fondue dans la masse, j'ai eu l'occasion d'échanger des vues avec d'autres athlètes. Et puis, je ne me suis jamais sentie aussi heureuse sur un court de tennis. Je n'avais pas de pression, j'étais tellement contente d'être de retour, et je crois que cela a été la clef de mon succès. Je vais essayer de continuer sur ma lancée, en demeurant patiente pour retrouver mon meilleur niveau.»

C'est un double défi qui se présente à Justine Henin à Flushing Meadows. A l'ombre des gratte-ciel de Manhattan, il lui faudra tenter de reconduire son titre, mais aussi essayer de sauver sa couronne de reine actuelle du tennis féminin. Par le truchement du système de points à défendre, elle pourrait, ainsi, fort bien perdre sa place de première joueuse mondiale au lendemain de cet US Open, mais elle assure que l'idée ne la tracasse pas.

«J'étais comme une machine»

«J'espère que je la conserverai, mais je ne me focalise pas dessus pour l'instant. Je veux aller le plus loin possible dans le tournoi, c'est clair, mais les événements que j'ai vécu ces derniers mois m'ont appris à devenir plus tolérante envers moi-même. Entre Roland-Garros 2003 et Indian Wells, cette année, j'ai disputé tellement de matches que j'en étais devenu une machine. Ce n'est que quand je suis tombée malade que j'ai réalisé combien j'avais de la chance de faire un tel pareil. Mon but, dès lors, est de conserver cet état d'esprit serein qui m'a habitée à Athènes.»

Honorée pour son titre olympique ce lundi soir si la pluie, qui est annoncée, ne vient pas gâcher la cérémonie d'ouverture, Justine Henin a, en tout cas, faim de compétition. Elle sait qu'elle a encore besoin de matches pour se jauger, et elle espère que le fait de pouvoir rencontrer deux joueuses issues des qualifications lors de ses deux premiers tours lui permettra de mettre son jeu en place.

«J'ai été étonnée par le niveau que j'ai affiché aux Jeux. Contre Amélie Mauresmo, j'ai livré un tout grand match. Mais c'est la régularité qui compte pour rester au sommet.»

Et elle en aura bien besoin vu le spectre de l'Armée Rouge qui se dresse devant elle, matérialisé par Nadia Petrova (WTA 14), Svetlana Kuznetsova (WTA 9), Maria Sharapova (WTA 7) et Anastasia Myskina (WTA 3). A coeur vaillant, cela dit, elle l'a prouvé récemment en Grèce, rien d'impossible... www.dhnet.be


10:22 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.