30/08/2004

Justine, une déesse en or!

Justine Henin-Hardenne, une déesse en or! (22/08/2004)
© AP
Irrésistible en finale contre Mauresmo, elle s'empare du métal le plus précieux

Tous les Jeux en direct !

Justin Gatlin a remporté le 100 mètres en 9.85 devant le Portugais Francis Obikwelu et Maurice Greene

ATHÈNES Décidément, Justine Henin-Hardenne est bien un phénomène. Ce n'est pas faire preuve de naïveté que d'affirmer qu'elle ne cesse de nous épater. Hier, la Rochefortoise a encore prouvé qu'elle était un cas à part dans un tennis mondial sur lequel elle règne en maîtresse depuis plusieurs mois. Vendredi, elle avait déjà ébloui de sa classe et de son moral en acier un court central copieusement garni. On pouvait craindre après cette démonstration de volonté qu'elle accuse la fatigue. Mais il n'en fut rien. Comme elle en a pris d'habitude désormais, Justine a forcé les portes de son destin en demeurant maîtresse de ses actes.

Bousculée tant et plus au tour précédent par une Myskina au bord de la crise de nerfs, Justine a démontré face à Mauresmo qu'elle était bien la reine du tennis mondial. Ce ne sont pas ses trois mois d'absence et une sortie prématurée à Roland Garros qui ont remis en cause cette mainmise. Quand elle est en pleine possession de ses moyens physiques, l'Ardennaise est actuellement la meilleure joueuse du monde. Hier, sa dauphine au classement WTA l'a appris à ses dépens. Quand Justine veut quelque chose, il est rare qu'elle ne l'obtienne pas. Incertaine jusqu'à la dernière minute, elle aura finalement effectué le déplacement pour remporter l'or tant convoité. Comme l'avait dit Myskina, «si Justine s'est rendue en Grèce, ce n'est que pour la médaille d'or.»

Dans le jeu de la Belge, il n'y avait, hier, plus la moindre trace de ce cytomegalovirus qui lui a pourri la vie durant de longues semaines. Avec une volonté d'enfer et un talent hors norme, elle n'a pas laissé le temps à sa rivale de prendre ses marques pendant le match. Agressive et entreprenante, Justine s'est surtout montrée solide sur son service qui, comme le dit Carlos Rodriguez, «n'est plus un moyen de défense mais une arme d'attaque». Plus stressée par l'enjeu, Amélie Mauresmo ne s'est relâchée que par moments, laissant à Henin le soin d'étaler sa classe. Ce fabuleux revers que lui envie toute la planète tennistique a fait des ravages. Mais surtout la qualité des retours du n°1 mondial a fait la différence. Dans le troisième jeu du match, Justine Henin a profité de deux doubles fautes de la Française pour la breaker une première fois. Elle doubla la performance pour conclure le set à 6-3. Poing serré et regard rageur, elle n'a dès lors plus rien lâché. Et a remis le couvert lors du second set: 6-3.

Couverte de laurier sous les yeux de Jacques Rogge, Justine pouvait être fière: elle venait d'écrire une somptueuse page d'histoire du sport belge. Une de plus.

D. L.

© Les Sports 2004 www.dhnet.be


10:12 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.