19/05/2004

Pour Henin, Paris sera un vrai pari!

© Photonews
La Namuroise a officialisé hier sa participation au tournoi de Roland-Garros

HUIZINGEN On s'en doutait. C'est désormais officiel: Justine Henin défendra bel et bien son titre sur la terre battue de Roland-Garros. «L'évolution est positive. Je ne suis pas encore à cent pour cent. Mais les tests que j'ai effectués ces derniers jours sont concluants. Disons que je suis à 80% de ma meilleure forme», nous expliquait, hier, la première joueuse mondiale.

Condamnée au repos forcé durant quelques semaines en raison d'une infection virale de type cytomégalovirus, la Namuroise se réjouit de retrouver la compétition. «Je vais aborder ce Roland-Garros avec un état d'esprit différent. Je veux prendre du plaisir, sans me mettre de pression inutile. Après une longue période d'absence, on manque inévitablement de repères», dit-elle.

Première tête de série de l'épreu- ve, Justine sait qu'elle fait inévitablement partie des favorites. «Mais je suis déjà contente de participer. Mon premier objectif sera de passer le premier tour. Après, on verra au fil de la compétition...»

Le message subliminal est clair: Justine espère gagner - c'est dans son tempérament - mais une défaite prématurée ne serait pas, dans ce cas-ci, une catastrophe. «Lors de la dernière analyse de sang, les traces du virus n'ont pas complètement disparu. Mais c'est normal. Je me sens complètement guérie. Et, physiquement, je suis bien. Mon préparateur Pat Etcheberry m'a poussé dans mes derniers retranchements ces derniers jours. Il a chaque jour augmenté la cadence. Et mes sensations sont positives...»

De son propre aveu, Henin n'a pris une décision définitive sur sa participation au tournoi parisien que lundi. «Je me sens désormais libérée. Je n'aimais pas cette incertitude. A présent, il me reste quelques jours pour peaufiner ma préparation. Après, on verra. Roland-Garros est le tournoi que je préfère. Et la terre battue est ma surface favorite. Je ne vais pas me plaindre...»

C'est, bien sûr, de compétition dont manque le plus la Namuroise. «Il faut que je remette la machine en route. Ces derniers jours, j'ai effectué des exercices très pointus au niveau de l'endurance, des courses, du souffle. J'ai beaucoup travaillé mes déplacements. Mais rien ne vaut évidemment une situation de match...»

Justine se refuse, plus que jamais, à tirer des plans sur la comète. «Le tournoi s'annonce très ouvert. Il est clair que mes adversaires auront davantage de matches dans les jambes. Il y a des joueuses qui sont en grande forme, c'est sûr. Mais de mon côté, je serai un peu plus fraîche. Je le répète, je veux d'abord me concentrer sur mon premier match...»

Le forfait de Kim Clijsters ne lui inspire pas de grands commentaires. «C'est dommage pour elle et pour le tournoi. Mais pour moi, cela ne change pas grand-chose. Ce n'est ni de l'arrogance ni de la prétention: mais je me concentre d'abord sur mon jeu...»

Souriante, d'apparence détendue, Justine a le moral. Elle a surtout hâte de retrouver le chemin des courts. «J'ai pris beaucoup de plaisir à passer du temps, en Belgique, auprès de mes proches et de mes amis. C'était un break inattendu. J'ai pu me ressourcer, retrouver mes racines, relativiser l'importance des choses. A présent, j'ai envie de jouer. Car le virus du tennis est, lui, toujours bien présent...

«Son premier tour sera capital»

Carlos Rodriguez estime que le calendrier WTA est mal élaboré

HUIZINGEN Il sera passé par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel. L'inquiétude, puis l'attente et, enfin, le soulagement. Carlos Rodriguez, aujourd'hui, est un homme heureux. Justine Henin, sa protégée, est guérie et pourra défendre ses chances à Roland-Garros. «A la limite, c'est dans ces moments-là que l'importance d'un coach se remarque, sourit-il. Lorsque la joueuse gagne, la contribution est minime. Si j'en ai profité pour me ressourcer en famille, je me suis aussi attelé à peaufiner son jeu. Ayant perdu du punch, Justine a été forcée d'utiliser plus souvent son slice. Et puis, nous avons cherché à améliorer son rendement en premiè- re balle de service.»

Le coach aurait bien entendu préféré que sa joueuse ait pu disputer quelques matches supplémentaires sur terre battue, histoire d'avoir du rythme et des repères. Il estime, cependant, qu'avec son niveau de jeu et son expérience, ce manque de compétition ne devrait pas la handicaper outre mesure. «Ce n'est pas parce qu'elle est restée inactive que Justine a subitement oublié comment jouer au tennis. J'estime d'ailleurs qu'il ne lui manque plus grand-chose. Il faut juste qu'elle retrouve cette situation de stress et de concentration que génère un match. Son premier tour, ainsi, sera capital. Ensuite, elle sera dans le tournoi et ce qu'elle a vécu ces dernières semaines sera peut-être derrière elle. Ce Roland-Garros s'assimile à un nouveau défi, mais j'aime bien ce genre de situation.»

La concurrence, évidemment, n'est, entre-temps, pas restée inactive. Carlos Rodriguez, comme Justine d'ailleurs, l'a suivie avec un certain intérêt. L'évolution d'Amélie Mauresmo ne l'a pas surpris, au contraire des prestations de Venus Williams. Jennifer Capriati aussi a épaté, ce qui lui fait dire que le tournoi n'a jamais été aussi ouvert. «Il y a quatre candidates à la victoire qui sont Justine, Amélie et les Williams. Ce qui ne veut pas dire que des rebondissements sont à exclure. Je ne considère certes pas que Justine a un titre à défendre. Sa victoire en 2003, plus personne ne la lui enlèvera...»

Pour le reste, Carlos Rodriguez a souhaité marquer son mécontentement à l'égard de la WTA, dont il estime la gestion du calendrier inhumaine. Il considère que l'argent ne peut tout gouverner. «Il faut ouvrir les yeux. Il y a tellement d'argent en jeu que les joueuses sont traitées comme des machines. Dès qu'elles ne sont plus performantes, on les jette. Si on continue, on va détruire le tennis féminin », clame-t-il, tout en reconnaissant que le choix de Justine d'avoir ajouté le tournoi de Doha à son programme n'avait pas été judicieux. «S'il y a tant de blessées, ce n'est pas une coïncidence. Enfin, si à quelque chose malheur est bon, Justine pourra aborder Roland-Garros dans un état de fraîcheur optimal.»


S.F.



www.dhnet.be

09:54 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.