06/05/2004

Ce ne fut pas facile à vivre

© Photonews
Justine Henin a retrouvé sa raquette et le sourire

WÉPION «Il y avait longtemps que je ne m'étais plus sentie aussi bien...»

Justine Henin va mieux. Merci pour elle. Atteinte d'une infection virale de type cytomégalovirus, le mois dernier, l'Ardennaise a lentement mais sûrement retrouvé un rythme de vie normal. Après avoir touché une première fois la balle en fin de semaine passée, elle a véritablement repris les entraînements depuis lundi à Géronsart, dans la région de Namur.

«Ce n'est pas évident quand on est privé de faire ce qu'on aime, c'est difficile d'être mise au repos, expliqua-t-elle par le biais de son site internet henin-hardenne.be, en réponse aux diverses questions de ses fans. «Ces semaines n'ont pas été faciles à vivre, mais maintenant, les choses évoluent bien. Donc, c'est positif.»

La reprise s'est évidemment faite en douceur, mais rassurée par ses médecins, la première joueuse mondiale s'est progressivement libérée. Au début, comme le constata son coach Carlos Rodriguez, le souffle était un petit peu court, mais la qualité apparut assez rapidement.

«Je me suis baladée à vélo, j'ai beaucoup lu, j'ai regardé la tv»

«Pendant un certain temps, le tennis ne me manquait pas trop, car je n'avais même pas la force, je n'avais envie de rien, poursuivit-elle. Au début, je dormais énormément, mais ce n'est pas forcément bon de dormir trop non plus, donc à partir d'un certain moment, je me suis vraiment refixée un rythme de vie, plus ou moins normal. Je continuais à me reposer un maximum, mais tout en maintenant tout de même une certaine petite activité, rien de bien terrible, mais aller tout simplement me balader vélo. J'ai beaucoup lu, j'ai regardé la tv, j'ai continué à voir la famille, les amis... Je ne me suis pas feutrée chez moi, j'en ai profité pour quand même continuer à vivre normalement, car telles étaient également les consignes des médecins.»

Justine Henin compte même passer la vitesse supérieure, en cette fin de semaine, sous la forme de deux entraînements un petit peu plus poussés en compagnie de Michaël Proveux, l'un de ses sparring partners attitrés. La terre battue de la Porte d'Auteuil, c'est certain, elle rêve de pouvoir la fouler cette année. Roland Garros est son tournoi préféré, celui qui se joue, pour elle, un petit peu comme dans son jardin. Elle est tenante du titre et rêve d'un doublé qui, après ses triomphes à New York et à Melbourne, la maintiendrait en course pour réaliser ni plus ni moins que le Grand Chelem!

«Ça (NdlR: ce repos forcé) a fait du bien, car je crois que j'en avais besoin de toute façon. Tout s'enchaîne très vite depuis pas mal de temps, ajouta-t-elle.

Si la tendance est pour l'instant à l'optimisme, l'Ardennaise et son clan ne souhaitent, cependant, pas tirer de plans sur la comète. Comme toutes les championnes, Juju ne prendra le chemin de Paris que pour gagner. Elle ne se contentera pas d'une accession en quarts ou en demi-finales. Et elle sait que pour y arriver, elle devra être à 100%!

www.dhnet.be

 


16:22 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.