01/09/2004

Justine se maintient en éveil

© BELGA
Elle s'est occasionné une petite frayeur contre la Tchèque Vaidisova

ENVOYÉ SPÉCIAL AUX ETATS-UNIS SERGE FAYAT

NEW YORK Mission accomplie! Justine Henin-Hardenne (WTA 1) a franchi avec succès, mardi midi, le premier tour de l'US Open qu'elle redoutait tant contre l'espoir tchèque de 15 ans, Nicole Vaidisova (WTA 126). Dans le stade Arthur Ashe, par un vent à couper au couteau, l'Ardennaise s'est imposée en deux sets, 6-1 et 6-4, non sans s'être occasionné une petite frayeur lorsqu'elle fut menée 1-4 dans la deu- xième manche.

«Les conditions de jeu étaient particulièrement difficiles, expliqua-t-elle. J'ai livré un excellent premier set et par la suite je me suis quelque peu endormie. N'ayant rien à perdre, elle s'est mise à tirer de partout, alors qu'en début de match, il n'y avait quasiment pas d'échanges. C'était très déroutant. La clef fut de demeurer calme pour retrouver de la stabilité au niveau de mon jeu. Il fallait que j'utilise mon expérience et que je joue point après point, sans me projeter dans le futur. Les premiers tours ne sont jamais évidents et je suis contente d'avoir gagné.»

Première joueuse mondiale, tenante du titre et récente championne olympique, Justine Henin est l'objet de beaucoup d'attentions à Flushing Meadow. C'est ainsi qu'un journaliste américain en arriva à lui demander comment il était possible qu'elle soit si pâle alors qu'elle se trouve généralement toujours en plein soleil. Plus sérieusement, la citoyenne de Wépion était surtout contente de ne pas avoir été contrainte à prester des heures supplémentaires, vu un état de santé fragilisé par un excès de fatigue lié à une fin de parcours assez éprouvante aux Jeux Olympiques.

«Je ne sais même pas si elle est droitière ou gauchère»

«Carlos était content que je n'aie pas dû disputer un 3e set, mais moi aussi. Il était essentiel de ne pas devoir puiser dans ses réserves. Cela va mieux, mais je me trouve toujours en phase de récupération. Ce n'est pas encore le top, mais là, j'aurais à nouveau deux jours pour mieux me sentir. Il ne s'agit pas uniquement d'une fatigue physique, mais également d'une fatigue mentale et émotionnelle. Il ne s'était rien passé pendant quatre mois, et puis soudainement tout repart. Il faut réapprendre à gérer tout cela. C'est la raison pour laquelle, je ne suis pas allée à la cérémonie d'ouverture du tournoi, bien que j'étais invitée. D'abord, parce que les Jeux Olympiques, c'est déjà loin, et ensuite, car j'ai besoin de mes heures de repos», expliqua-t-elle, ajoutant ne pas avoir vu la nouvelle tenue arborée par Serena Williams. «C'est le cadet de mes soucis à l'heure actuelle.»

Justine Henin, cela dit, aura tout le loisir de pouvoir monter tranquillement en régime et gommer les petites lacunes encore présentes dans son jeu durant les prochains jours. Ce n'est, effectivement, pas la perspective de devoir rencontrer, jeudi, l'Israélienne de 31 ans Tzipora Obziler (WTA 133), issue des qualifications, qui devrait l'empêcher de dormir ou lui faire attraper des boutons. Victorieuse d'une autre qualifiée, l'Indonésienne Angélique Widjaja (WTA 139), elle affiche un palmarès dont le principal fait d'armes est une place de finaliste, cette année, au tournoi ITF de Dinan, en France, doté de 50.000 dollars.

«Carlos est parti la voir, mais il a tout juste pu assister à trois points. Je ne sais même pas si elle est droitière ou gauchère ou si elle frappe ses revers à une ou deux mains. Il n'y a pas vraiment de règle lorsqu'il s'agit de se mesurer à une qualifiée. Les adversaires sont méconnues et elles n'ont rien à perdre. C'est vrai que la marge d'erreur est plus grande, mais en ce qui me concerne, je préfère me retrouver sous pression, sinon cela peut parfois devenir dangereux. L'important, dans ce genre de situation, est avant tout de se concentrer sur son jeu.»

S. F.

© Les Sports 2004 www.dhnet.be


11:37 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

30/08/2004

US Open - «J'ai appris à être tolérante» (30/08/2004)

© Belga
Justine Henin aborde l'US Open avec une nouvelle philosophie

NEW YORK C'est gonflée à bloc que Justine Henin-Hardenne (WTA 1) revient sur le ciment de ses exploits pour entamer la défense de son titre à l'US Open. Elle y rencontrera, mardi, l'espoir tchèque Nicole Vaidisova (WTA 126), 15 ans, issue des qualifications et récente lauréate du tournoi de Vancouver, dans un match que Carlos Rodriguez craint comme la peste. Tout auréolée de sa médaille d'or conquise aux Jeux d'Athènes, l'Ardennaise apparaît comme la favorite du tournoi féminin aux yeux des médias américains.

«Je me sens bien, même si j'ai passé la plupart de mon temps à récupérer et à décompresser après le tournoi olympique d'Athènes. J'ai vraiment vécu une expérience inoubliable en Grèce. Je me suis fondue dans la masse, j'ai eu l'occasion d'échanger des vues avec d'autres athlètes. Et puis, je ne me suis jamais sentie aussi heureuse sur un court de tennis. Je n'avais pas de pression, j'étais tellement contente d'être de retour, et je crois que cela a été la clef de mon succès. Je vais essayer de continuer sur ma lancée, en demeurant patiente pour retrouver mon meilleur niveau.»

C'est un double défi qui se présente à Justine Henin à Flushing Meadows. A l'ombre des gratte-ciel de Manhattan, il lui faudra tenter de reconduire son titre, mais aussi essayer de sauver sa couronne de reine actuelle du tennis féminin. Par le truchement du système de points à défendre, elle pourrait, ainsi, fort bien perdre sa place de première joueuse mondiale au lendemain de cet US Open, mais elle assure que l'idée ne la tracasse pas.

«J'étais comme une machine»

«J'espère que je la conserverai, mais je ne me focalise pas dessus pour l'instant. Je veux aller le plus loin possible dans le tournoi, c'est clair, mais les événements que j'ai vécu ces derniers mois m'ont appris à devenir plus tolérante envers moi-même. Entre Roland-Garros 2003 et Indian Wells, cette année, j'ai disputé tellement de matches que j'en étais devenu une machine. Ce n'est que quand je suis tombée malade que j'ai réalisé combien j'avais de la chance de faire un tel pareil. Mon but, dès lors, est de conserver cet état d'esprit serein qui m'a habitée à Athènes.»

Honorée pour son titre olympique ce lundi soir si la pluie, qui est annoncée, ne vient pas gâcher la cérémonie d'ouverture, Justine Henin a, en tout cas, faim de compétition. Elle sait qu'elle a encore besoin de matches pour se jauger, et elle espère que le fait de pouvoir rencontrer deux joueuses issues des qualifications lors de ses deux premiers tours lui permettra de mettre son jeu en place.

«J'ai été étonnée par le niveau que j'ai affiché aux Jeux. Contre Amélie Mauresmo, j'ai livré un tout grand match. Mais c'est la régularité qui compte pour rester au sommet.»

Et elle en aura bien besoin vu le spectre de l'Armée Rouge qui se dresse devant elle, matérialisé par Nadia Petrova (WTA 14), Svetlana Kuznetsova (WTA 9), Maria Sharapova (WTA 7) et Anastasia Myskina (WTA 3). A coeur vaillant, cela dit, elle l'a prouvé récemment en Grèce, rien d'impossible... www.dhnet.be


10:22 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Henin devra défendre son territoire

Henin devra défendre son territoire

26 août 2004

 
AFP 
La première place mondiale de la Namuroise est sérieusement menacée par Mauresmo et Myskina. Au premier tour, elle affrontera une qualifiée.

Cinq Belges participeront dès lundi à l'US Open, quatrième et dernière levée du Grand Chelem. Ils pourraient même être six à condition que Kristof Vliegen (qui a passé le premier tour) franchisse les qualifications. Tel ne sera pas le cas de Dick Norman, battu d'entrée mercredi par l'Autrichien Knowle en deux sets, 6-1, 6-4.

A tout seigneur tout honneur. En sa qualité de tenante du titre, Justine Henin fera une apparition remarquée à Flushing Meadows qui n'a rien oublié de ses épiques duels de l'an dernier et notamment son extraordinaire demi-finale face à Jennifer Capriati suivie, à peine quelques heures plus tard, de la finale expéditive contre Kim Clijsters.

Médaillée d'or à Athènes, Henin se trouve en ce moment même à Tampa, siège de l'académie Harry Hopman, en compagnie de Pat Etcheberry, son entraîneur physique, et de quelques sparring-partners triés sur le volet, où elle apporte les derniers réglages à sa condition et à son jeu en vue de cet important rendez-vous. Vainqueur en Australie, diminuée par le cytomégalovirus à Roland Garros où elle disparut dès le deuxième tour, la Namuroise avait été contrainte de déclarer forfait pour Wimbledon. L'US Open est donc le premier tournoi du Grand Chelem qu'elle disputera en pleine possession de ses moyens depuis janvier. Connaissant son goût de la compétition, et plaçant les épreuves majeures au-dessus de n'importe quelle autre compétition, on peut affirmer que la no 1 mondiale aura à coeur de prouver que sa maladie n'est plus qu'un mauvais souvenir.

Mais la protégée de Carlos Rodriguez aura également très envie de démontrer qu'elle entend bien rester la patronne du tennis féminin. Sans entrer dans trop de détails mathématiques, sachez que la première place mondiale de la fille de Wépion est très sérieusement menacée à New York.

Trois filles peuvent la détrôner : Amélie Mauresmo, Anastasia Myskina et Lindsay Davenport, mais les chances de cette dernière, qui vient de remporter à Cincinnati son quatrième tournoi de l'été, apparaissent vraiment très minces.

Sans savoir quel sera son parcours à Flushing Meadows, Justine Henin perdra quoi qu'il arrive les points qu'elle y a gagnés l'an dernier : 1.074 unités. Quart de finalistes en 2003, Mauresmo et Myskina ne perdront quant à elles que 218 et 210 points. Quant à Davenport, éliminée il y a douze mois en demi-finales par Clijsters (qui brillera par son absence en raison de son opération à un poignet), il lui sera retranché 408 points de son classement actuel.

Ce qui revient à écrire qu'avant même de frapper ses premières balles de l'US Open 2004, la leader belge (avec 3.876 points) partira virtuellement en situation de déficit par rapport à Mauresmo (4.273) et Myskina (4.037), sa balance restant positive par rapport à Davenport (3.601).

Pour être assurée de conserver sa première place au terme du tournoi, Henin devra donc durant la quinzaine new-yorkaise amasser 397 points de plus que Mauresmo et 161 de plus que Myskina. Rappelons qu'outre les points correspondant aux différents stades du tournoi qu'elles atteignent (du premier tour jusqu'à la finale), les joueuses gagnent des points de bonus en fonction du classement mondial des adversaires qu'elles éliminent.

Une chose est dès à présent certaine : Henin devra faire mieux que ses dangereuses rivales mais même si elle y arrive, elle n'est pas sûre de rester no 1. Il y a ainsi de fortes chances qu'une victoire sur Mauresmo en finale ne suffise pas !

Le tirage au sort s'étant déroulé ce mercredi, Henin connaît son adversaire du premier tour. Enfin, pas tout à fait puisqu'il s'agira... d'une qualifiée. Le plus cocasse est que, si elle franchit ce premier test, elle affrontera... une autre qualifiée !

Callens (aussi contre une qualifiée), Xavier Malisse (Kucera, ATP 117), Olivier Rochus (Ancic, 29) et Gilles Elseneer (Llodra, 56) sont les autres Belges fixés sur leur sort.

PAOLO LEONARDI  www.sporever.be



10:14 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Justine, une déesse en or!

Justine Henin-Hardenne, une déesse en or! (22/08/2004)
© AP
Irrésistible en finale contre Mauresmo, elle s'empare du métal le plus précieux

Tous les Jeux en direct !

Justin Gatlin a remporté le 100 mètres en 9.85 devant le Portugais Francis Obikwelu et Maurice Greene

ATHÈNES Décidément, Justine Henin-Hardenne est bien un phénomène. Ce n'est pas faire preuve de naïveté que d'affirmer qu'elle ne cesse de nous épater. Hier, la Rochefortoise a encore prouvé qu'elle était un cas à part dans un tennis mondial sur lequel elle règne en maîtresse depuis plusieurs mois. Vendredi, elle avait déjà ébloui de sa classe et de son moral en acier un court central copieusement garni. On pouvait craindre après cette démonstration de volonté qu'elle accuse la fatigue. Mais il n'en fut rien. Comme elle en a pris d'habitude désormais, Justine a forcé les portes de son destin en demeurant maîtresse de ses actes.

Bousculée tant et plus au tour précédent par une Myskina au bord de la crise de nerfs, Justine a démontré face à Mauresmo qu'elle était bien la reine du tennis mondial. Ce ne sont pas ses trois mois d'absence et une sortie prématurée à Roland Garros qui ont remis en cause cette mainmise. Quand elle est en pleine possession de ses moyens physiques, l'Ardennaise est actuellement la meilleure joueuse du monde. Hier, sa dauphine au classement WTA l'a appris à ses dépens. Quand Justine veut quelque chose, il est rare qu'elle ne l'obtienne pas. Incertaine jusqu'à la dernière minute, elle aura finalement effectué le déplacement pour remporter l'or tant convoité. Comme l'avait dit Myskina, «si Justine s'est rendue en Grèce, ce n'est que pour la médaille d'or.»

Dans le jeu de la Belge, il n'y avait, hier, plus la moindre trace de ce cytomegalovirus qui lui a pourri la vie durant de longues semaines. Avec une volonté d'enfer et un talent hors norme, elle n'a pas laissé le temps à sa rivale de prendre ses marques pendant le match. Agressive et entreprenante, Justine s'est surtout montrée solide sur son service qui, comme le dit Carlos Rodriguez, «n'est plus un moyen de défense mais une arme d'attaque». Plus stressée par l'enjeu, Amélie Mauresmo ne s'est relâchée que par moments, laissant à Henin le soin d'étaler sa classe. Ce fabuleux revers que lui envie toute la planète tennistique a fait des ravages. Mais surtout la qualité des retours du n°1 mondial a fait la différence. Dans le troisième jeu du match, Justine Henin a profité de deux doubles fautes de la Française pour la breaker une première fois. Elle doubla la performance pour conclure le set à 6-3. Poing serré et regard rageur, elle n'a dès lors plus rien lâché. Et a remis le couvert lors du second set: 6-3.

Couverte de laurier sous les yeux de Jacques Rogge, Justine pouvait être fière: elle venait d'écrire une somptueuse page d'histoire du sport belge. Une de plus.

D. L.

© Les Sports 2004 www.dhnet.be


10:12 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/08/2004

"Ici, j'ai l'impression de m'évader"

Tennis - «Ici, j'ai l'impression de m'évader» (19/08/2004)
© Photonews
Impressionnante contre Pratt, Henin passera un vrai test contre Pierce


ENVOYÉ SPÉCIAL EN GRÈCE DAVID LEHAIRE

ATHÈNES En arrivant aux Jeux Olympiques, Justine Henin-Hardenne ne savait pas très bien que penser. Aujourd'hui, si elle s'apprête à passer son premier test grandeur nature, au stade des quarts de finale, contre une Mary Pierce impressionnante face à Venus Williams, la Rochefortoise sait, en tout cas, qu'elle n'a rien perdu de son exceptionnel talent. Hier, il ne lui fallut que trois quarts d'heure pour se débarrasser de l'inexistante Nicole Pratt 6-1 et 6-0. «J'ai très bien géré cette rencontre. Je l'ai prise à mon compte d'un bout à l'autre.»

Quelque peu étonné par la solidité mentale affichée par sa joueuse, Carlos Rodriguez ne dit rien d'autre. «Quand il n'y a personne en face, il faut faire le jeu soi-même. Ce que Justine a bien fait. Il y a quelques années, elle n'aurait pas été aussi autoritaire.»

Pour revenir à son meilleur niveau plus vite que prévu, elle n'hésite pas à faire parler son expérience. «Je ne suis pas vraiment étonné par les résultats sportifs parce que, techniquement et physiquement, je sais que je suis au point. En revanche, ce qui me surprend davantage, c'est la façon dont je parviens à me relâcher. Aujourd'hui, j'ai regardé la plupart des combats de Catherine Jacques, chose que je n'ose normalement pas le jour où je joue.»

  • Le site spécial des JO
  • Le programme des Belges

    Ce relâchement de bon aloi est sans aucun doute lié au contexte dans lequel la Rochefortoise évolue depuis son arrivée en Grèce. «Prendre part aux Jeux Olympiques est sans conteste la meilleure décision que j'ai prise depuis longtemps, avoue-t-elle. Ici, j'ai l'impression de m'évader. Je cherche plus le contact et me dirige davantage vers les autres. Je m'intéresse aux résultats de mes compatriotes. Ce matin, j'ai par exemple suivi la belle prestation de Tim Maeyens en aviron. Ici, j'ai l'impression de m'évader, de sortir de ma bulle. C'est extrêmement positif...»

    Et de bon augure pour ce quart de finale olympique contre Mary Pierce. La Française, qui a dû renoncer au double en soirée suite à une crise d'urticaire dont fut victime sa partenaire Amélie Mauresmo, a toujours bien réussi à la Belge. Son retour au premier plan constitue, cela dit, un excellent examen pour le n°1 mondial. «C'est mon premier vrai test, car Mary joue bien pour le moment. Battre Venus Williams en est la preuve.»

    Justine Henin-Hardenne saura donc aujourd'hui soir si elle est déjà prête pour ce genre de combat. Son très convaincant début de tournoi plaide en sa faveur. Hier, son service fut performant, comme lorsqu'elle conclut le match sur un ace. «Je suis très contente, confirme-t-elle. De ce point de vue, mon indisponibilité a peut-être été profitable car j'ai eu le loisir de travailler mon engagement.»

    Ce dont elle aura besoin face à Pierce, c'est d'intelligence de jeu. «Justine pourra s'appuyer sur les frappes de son adversaire, dit Rodriguez. Pour mettre la Française en difficulté, elle va devoir varier les échanges et la faire bouger un maximum.» Que Justine sache, en tout cas, que son adversaire est prête à se battre. «Affronter la meilleure joueuse du monde demeure quelque chose de spécial, affirme la deuxième joueuse française à la WTA. Justine revient d'une longue absence? Elle partira quand même avec les faveurs des pronostics. Je n'ai rien à perdre mais je ferai tout pour prouver que je suis de retour.» Justine aussi!

  • D. L.

    © Les Sports 2004
    www.dhnet.be


    09:56 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine en quart, à l'aise

    Justine, convaincante

    Justine Henin-Hardenne s'est qualifiée, pour les quarts de finale du simple dames en ne laissant pas la moindre chance à l'Australienne Nicole Pratt, 44e mondiale, qu'elle a battu 6-1 et 6-0 en 45 minutes. Les deux manches ont été expédiées à un rythme qui ne peut que réjouir la Belge: 6-1 et 6-0 en 45 minutes. Depuis le début de son premier tournoi depuis quatre mois et un cytomégalovirus l'ayant épuisée, Justine Henin-Hardenne n'a concédé que 11 jeux à ses adversaires et pas un seul set.

    Elle affrontera la Française Mary Pierce au stade des quarts de finale qu'elle a battu sur terre battue en quarts de finale à Charleston (6-2, 6-3) et sur herbe en 16e de finale à Wimbledon (6-3, 6-3), Justine Henin-Hardenne a battu par deux fois Mary Pierce. Cette fois, c'est sur une surface dure que les deux joueuses s'affronteront pour une place en demi-finales.

    C'est le genre de match qui dans le passé me posait des difficultés. J'avais du mal à ne laisser partir aucun point. Je suis contente de m'imposer en 2 sets et de m'économiser. J'ai beaucoup travaillé mon service pendant deux mois. Je n'avais pas grand chose d'autre à faire. Je sens que par rapport à ma taille et à mon physique j'atteint un niveau où mes services sont très bons. Mais il y a encore une marge de progression

    Physiquement et techniquement je n'ai pas de problème. Maintenant il faudra voir comment je gère un match au score serré, mais je ne m'inquiète pas trop. Je m'étonne de la façon dont je gère mes matchs. C'est sans doute l'ambiance des Jeux qui m'enlève de la pression. Je n'ai jamais approché mes matchs de façon aussi détendue. Je sens que la décision de venir aux Jeux fut vraiment l'une des meilleures que j'ai prises ces derniers temps.

    www.sporever.be


    09:55 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    18/08/2004

    Pour une place en 1/4 de finale...

    Justine jouera son 3ème tour aujourd'hui en fin d'après midi (en 2ème match après Roddick) aux alentours de 17h-18h en direct sur La Deux!

    10:21 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Henin enclenche le turbo

    © Photonews
    Solide face à Maria Vento, la Belge rencontrera aujourd'hui Nicole Pratt en huitième de finale

  • Le site spécial des JO
  • Le programme des Belges

    ATHÈNES Elle a beau prétendre que, vu d'où elle vient, le plus important n'est pas le résultat, Justine Henin-Hardenne revient à grandes enjambées vers la toute grande forme. «Tennistiquement, je sais que mon niveau est bon. Le tout était de savoir où j'en étais psychologiquement», répète-t-elle à ceux qui la questionnent sur ses ambitions exactes. Donc, maintenant, elle sait. Qu'elle se sent bien. Et, mieux, que son niveau de jeu dépasse déjà ses espérances.

    Dimanche, face à Strycova, la Rochefortoise avait dompté un vent très violent et gardé la maîtrise de ses nerfs. Hier, alors que cela soufflait toujours un peu sur le court central, elle a maté en plus une adversaire tout à fait à sa portée mais dont elle se méfiait beaucoup. Victorieuse 6-2 et 6-1 en 64 minutes, Justine Henin a joint l'agréable à l'utile. Expéditive et solide sur le court, elle n'a pas souhaité faire durer son plaisir. «J'avais de très bonnes sensations même si j'avais les jambes un peu lourdes. Cela reste pour moi difficile de récupérer après un match mais cela va bien.» On a pu le constater dans la rencontre qui l'opposait à Vento-Kabchi. «Je me suis bien installée à l'intérieur du court et ne lui ai pas laissé le temps d'entrer dans une partie fort intense», dit-elle.

    Bien en jambes, la Famennoise est apparue très relâchée et plus solide que dimanche. Dans le premier set, elle a breaké son adversaire à 3-2 avant d'enchaîner neuf jeux. Ce qui n'empêche pas Carlos Rodriguez de relativiser: «Après sa très bonne passe, elle a connu une baisse de régime sur son service. Mais c'est logique qu'elle traverse encore des passages à vide. Cela dit, je l'ai trouvée très bien mentalement.»

    Cette solidité fait effectivement plaisir à voir. De toute évidence, Justine Henin- Hardenne profite pleinement de son séjour olympique. «Je l'ai déjà dit: j'apprécie cette expérience. Même si je dois me contenter de voir les autres sports à la télévision parce que je ne veux pas perdre de l'énergie bêtement, je me satisfais de toute cette activité qu'il y a autour de moi. Et les contacts que j'ai avec les autres sportifs belges me font du bien.» Si elle ne se met pas de pression excessive sur les épaules, la Rochefortoise nourrit, comme toujours dans son chef, de grandes ambitions. «Pour moi, les vacances, c'est fini, s'exclame-t-elle. Près de trois mois à ne rien faire, cela suffit! Maintenant, je n'agis de nouveau qu'en fonction du match du lendemain.»

    Aujourd'hui, justement, le n°1 mondial va croiser le fer avec Nicole Pratt. En seizième de finale, l'Australienne a battu l'Italienne Tathiana Garbin, bourreau de Henin sur la terre battue de Roland-Garros. «Pratt est une battante, elle ne lâche jamais un point», se contente de dire la Belge. Qui va désormais jouer tous les jours. «Cet enchaînement de matches est une bonne chose pour moi. Il constitue un test quant à ma capacité de récupération. N'oublions pas que la maladie avait justement diminué mes facultés récupératrices.»

    Si elle passe l'écueil australien, Henin devrait, en principe, retrouver Venus Williams en quart de finale, un obstacle de plus vers la médaille.

  • ENVOYÉ SPÉCIAL EN GRÈCE DAVID LEHAIRE

    © Les Sports 2004 www.dhnet.be


    10:20 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    17/08/2004

    Justine au 3ème tour...

    Justine s'est facilement débarrasser de Vento-Kabchi en deux sets sur le score de 6-2, 6-1! On peut dire que la rochefortoise est vraiment de retour! Elle affrontera Nicole Pratt (WTA 44) qu'elle a tjs battue...en 3 rencontres sur le circuit WTA (+ une fois en Fed Cup). Ce match aura lieu demain avant 16h.

    10:39 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine Henin n'a pas tremblé (16/08/2004)

    Justine Henin n'a pas tremblé (16/08/2004)
    Dans le vent, elle a battu Strycova 6-3 et 6-4 et affrontera Vento mardi

    ATHÈNES Justine Henin-Hardenne se sent de nouveau joueuse de tennis à part entière. Voilà dix semaines qu'elle attendait ça. Hier, quand elle entérina sa victoire sur sa troisième balle de match, la Rochefortoise a sans doute voulu balayer d'un revers de la main ses sales souvenirs.

    Face à la jeune Tchèque Barbora Strycova, elle a signé une rentrée convaincante. Breakée d'entrée de jeu, elle est parvenue à se relâcher assez rapidement, prenant alors la mainmise des opérations. «Je suis satisfaite et surtout heureuse d'avoir rejoué, expliqua-t-elle après ce succès en deux sets, 6-3 et 6-4. J'avais de bonnes sensations. Cette prestation va me donner beaucoup de confiance pour la suite.»

    C'est que si elle n'a pas encore évolué comme la meilleure joueuse du monde, Justine Henin s'est montrée solide mentalement. «C'est ce qui me fait le plus plaisir, déclara Carlos Rodriguez. Elle a bien géré ses émotions et est restée maîtresse du match. Maintenant, j'attends de voir comment Justine réagira face à une opposition plus relevée.»

    Hier, le vent fut l'élément le plus perturbant pour la Famennoise. «Effectuer son retour à la compétition dans de telles conditions climatiques n'est guère aisé, poursuivit son coach. Or Justine n'a jamais paniqué. Quand les choses ne tournaient pas forcément comme elle le souhaitait, elle n'a pas perdu sa lucidité.»

    Le numéro 1 mondial a, donc, fait parler son expérience pour revenir en douceur dans le parcours. «Je l'ai notée très calme et sereine jusque dans les minutes qui ont précédé son entrée sur le cours. C'était de bon augure », continua Rodriguez. Qui estime qu'il lui faut juste prendre le temps de retrouver ses automatismes, notamment sur les balles courtes. «J'ai eu quelques craintes lors du premier set car elle était fort tendue.»

    Une tension que Justine dissipa en serrant le poing à plusieurs reprises. Comme sur ce point à 4-2 et 30-30 dans le premier set, quand elle conclut au filet un échange rondement mené. Ce fut sans doute là son meilleur fait d'armes du match. «Je ne peux qu'être très satisfaite du résultat et de la manière. Maintenant, je dois me montrer patiente parce que le retour au meilleur niveau ne s'effectue pas du jour au lendemain.»

    Demain, la Belge retrouvera sur sa route la Vénézuelienne Vento, qui s'est défaite de la Luxembourgeoise Kremer. «Elle s'entraîne aussi avec Pat Etcheberry. Donc, elle sera prête physiquement. Maria est une fille très combative et qui progresse beaucoup ces derniers temps.»

    Samedi soir, Justine Henin a, comme tous les athlètes belges, accueilli la médaille d'Axel Merckx avec énormément de joie. Hier, c'était elle qui était à la fête. Il y a tellement longtemps qu'elle n'avait plus connu pareille sensation...

    David Lehaire

    © Les Sports 2004 www.dhnet.be


    10:36 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Tennis - «Comme une renaissance» (15/08/2004)

    Tennis - «Comme une renaissance» (15/08/2004)
    © AP
    Justine Henin-Hardenne effectue cet après-midi(16h) son grand retourà la compétition

    Le site spécial des JO 2004

    ENVOYÉ SPÉCIAL EN GRÈCE DAVID LEHAIRE

    ATHÈNES Un T-shirt aux couleurs nationales sur le dos, les lunettes de soleil posées sur la tête, c'est une Justine Henin-Hardenne décontractée qui s'est confiée ce samedi midi. «Je suis très contente d'être de retour après avoir vécu des moments très durs» furent ces premiers mots.

    Dix semaines après son élimination à Roland-Garros, le n°1 mondial se dit physiquement et mentalement prête à renouer avec la compétition. «Je suis de nouveau en mesure de repousser mes limites à l'entraînement. C'est bon signe. Cette maladie est derrière moi désormais et, comme on ne l'attrape qu'une seule fois paraît-il, je vois enfin le bout du tunnel.»

    Ce cytomégalovirus aura finalement pourri la vie de la Rochefortoise durant quelque quatre mois. «Mais je n'aurai arrêté totalement le tennis que pendant les trois semaines qui ont suivi le tournoi de Charleston.» Après quoi, Henin manquera complètement son retour sur la terre parisienne. «À l'époque, je pensais sincèrement que j'étais bien. Avec du recul, je me suis rendue compte que ce n'était pas du tout le cas.»

    Boule de nerfs, Justine aura trouvé le temps long. «Une maladie comme celle-là est pire qu'une blessure parce qu'elle m'a laissée sans énergie. A une période, je n'avais plus d'envie parce que je manquais de force. Je ne savais pas quand tout cela allait s'arrêter. Et puis, du jour au lendemain, je me suis sentie mieux, j'ai eu moins de coups de fatigue. J'ai alors pu repartir de l'avant...» Et revenir sur le devant de la scène en ayant conservé sa place au sommet du tennis mondial. «Je ne m'y attendais pas et j'en suis heureuse. Cela dit, l'important pour moi actuellement n'est pas tellement de gagner ou de perdre mais de jouer pour retrouver mon niveau. Les mois qui viennent me serviront à préparer la saison 2005. De toute façon, je ne regarde pas le classement pour l'instant.»


    Son attention, elle se veut claire, se porte uniquement sur Strycova, la Tchèque qu'elle affrontera aujourd'hui à 16h (heures belges). «C'est une jeune joueuse talentueuse qui, comme toutes les filles de l'Est, est très accrocheuse. Je l'ai déjà battue cette année à Indian Wells mais je me méfie. Je vous le répète: je pars un peu dans l'inconnu.» Gageons que la Famennoise usera habilement de son expérience pour entrer sans heurts dans les débats. «Le plus difficile pour moi sera de gérer mes émotions. Je manque de points de repère à ce niveau. Je sais que je serai nerveuse. C'est logique quand on revient d'une longue absence. Mais cela ne me fait pas peur. C'est un peu comme une renaissance pour moi.»

    Une seconde naissance qu'elle entame dans des conditions plutôt idéales. «Je suis honorée de représenter mon pays aux J.O. Je me demandais ce que signifiait un pareil événement. Maintenant, je sais qu'il offre quelque chose d'unique: le contact avec les autres. Celui qui en revient avec une médaille autour du cou doit voir cela encore différemment. J'espère connaître pareille joie un jour.»

    Celle de renouer avec sa passion vaut tous les sacrifices, comme celui de ne pas prendre part à la cérémonie d'ouverture. «Il était préférable que je n'y assiste pas. Je tenais à mettre tous les atouts de mon côté avant mon match.» Une rencontre qu'elle aborde avec le statut de favorite mais qu'elle relativise: «Je ne peux pas dire que je fais partie des favorites. Vous n'entendrez jamais les meilleurs dans leur discipline dire qu'ils sont favoris et qu'ils voient déjà deux tours plus loin dans le tournoi.»

    La sagesse de Justine a parlé. Reste à espérer que ses atouts tennistiques s'expriment également.

    D. L.

    © Les Sports 2004 www.dhnet.be


    10:35 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    12/08/2004

    Le tableau

    Henin ouvre contre Strycova 12-08-2004

    Justine Henin-Hardenne sera opposée à la Tchèque Barbara Strycova (WTA 66) lors du premier tour du tournoi olympique.

    Les hommes n'ont guère connu un tirage favorable. Xavier Malisse (ATP 38) ouvrira les débats face au Russe Mikhail Youzhny (ATP 42). Quant à Olivier Rochus (ATP 97), il sera opposé au redoutable serveur australien  Mark Philippoussis (ATP 59).

    En double, Malisse et Rochus seront opposés à la paire française Michael Llodra/Fabrice Santoro, tête de série numéro 3 à Athènes. Une revanche de la finale de Roland Garros dès le premier tour du tournoi olympique.

     

    Voici le tableau: http://www.henin-hardenne.be/bin/draws.asp?lang=fr&To...  (site officiel de Justine)


    14:37 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine aux JO

    Tennis - Rodriguez: «Sa présence ici l'a sauvée» (12/08/2004)
    © Photonews
    Carlos Rodriguez aimerait voir Justine atteindre le dernier carré

    ATHÈNES Ce mercredi après- midi, Justine Henin-Hardenne s'est entraînée à huis clos avec son sparring partner grec. Peu avant, Carlos Rodriguez a fait le point. Il a parlé de la santé du n°1 mondial, de son retour à la compétition et de ses ambitions. Morceaux choisis...

    Santé. «Médicalement, Justine est totalement remise de son cytomegalovirus. Elle se sent bien depuis deux bonnes semaines. Aujourd'hui, elle est de nouveau capable de faire des efforts intenses alors que, pendant plus de deux mois, elle a dû se contenter de séances de jogging de 45 minutes à du 7km/h, c'est-à-dire loin de ses capacités. Elle a des ampoules à la main mais on reste attentif à leur évolution.»

    Attentes. «Je ne sais pas très bien à quoi m'attendre de sa part pour les Jeux mais le fait qu'elle ait envie de jouer et de combattre me donne mes apaisements. Justine n'est pas venue pour perdre dès le premier tour. Comme elle a retrouvé sa tonicité, elle est capable de gagner des matches sur son expérience. Après quoi, j'aimerais bien la voir atteindre le dernier carré de l'épreuve.»

    Village olympique. «Elle y partage un appartement avec les trois judokas (Vandecaveye, Heylen et Jacques). Elle a été terriblement impressionnée par la taille du restaurant. Il est immense. Elle m'a dit que certains athlètes souhaitaient la prendre en photo ou lui demandaient des autographes. Cela la gêne un peu car elle ne s'estime pas supérieure à eux mais juste plus médiatisée.»

    COIB. «Même si je sais que la participation de Justine aux Jeux sert aussi les intérêts du COIB, sa présence à Athènes la sauve surtout elle. Le COIB ne lui a jamais mis la pression. Au contraire, il a été formidable en mettant des moyens logistiques à sa disposition. Je m'en félicite.»

    Maladie. «Ce virus lui a pourri l'existence de trop longues semaines. À quoi est-il dû? Difficile à dire. Une chose est sûre: Justine souffre d'une faiblesse immunitaire. Quand elle a des boutons de fièvre, c'est que son corps se trouve dans un état plus fragile. Le point positif, c'est qu'elle est plus mûre maintenant, plus à l'écoute de son corps.»

    Première place mondiale. «Si Justine prend part aux Jeux, ce n'est pas par peur de perdre sa première place mondiale. Honnêtement, nous sommes loin de penser à cela. Je veux juste qu'elle retrouve le plaisir de jouer. Elle est très motivée.»

    Jeux Olympiques. «Justine les considère comme un événement magique. À ses yeux, une médaille vaut autant qu'une place en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Les JO, elle n'a de cesse de me le répéter, c'est quelque chose d'unique. Elle y évoluera dans une tunique conçue spécialement aux couleurs de la Belgique.»

    D. L.

    © Les Sports 2004 www.dhnet.be


    13:19 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    10/08/2004

    Justine s'envole...

    Tennis - Justine Henin-Hardenne: «Une expérience unique» (10/08/2004)
    © Photonews
    La meilleure tenniswoman du monde a pris l'avion, hier, pour Athènes

    ZAVENTEM Lundi matin, aéroport de Bruxelles-National. Peu avant huit heures trente. Robert Van de Walle, le chef de la délégation belge, arrive au lieu de rendez-vous fixé par ce premier convoi à destination d'Athènes. Il reste deux heures avant d'embarquer à bord du vol de Hellas Jet. Accompagné par Ann Simons, Bob Maesen est blotti dans son coin. L'ivresse d'une médaille olympique, il sait ce que c'est depuis que sa judoka de femme est montée sur le podium à Sydney. Il attend patiemment l'arrivée de Wouter D'Haene, avec lequel il aspire à décrocher une médaille. Petra Santy transmet, elle, sa bonne humeur.

    A côté de ces trois kayakistes, quelques accompagnants venus en droite ligne du COIB. Mais aussi Min Dezillie, l'une de nos représentantes à la voile. Elle est discrète, elle aussi. Comme si l'honneur des projecteurs était réservé au seul n°1 mondial du jour. Daisy De Bock étreint son ami dans ses bras. Celle qui prendra part, dès samedi matin, au concours de tir à la carabine ne lâche pas facilement la main de celui qu'elle aime.

    Disciplinés, les uns et les autres sont groupés. L'occasion d'apprendre que tous les athlètes belges ont reçu un GSM estampillé Jeux Olympiques. Que chacun d'entre eux a droit à trente kilos de bagages. Pas davantage. Et que tous ont le loisir de porter l'un des deux uniformes que leur a offerts le COIB.

    Vingt minutes ont passé depuis que Robert Van de Walle est arrivé. Et voilà que Justine Henin-Hardenne, celle que tous les journalistes attendent, débarque. Pierre- Yves est à ses côtés. «Mais je ne vais pas à Athènes, dit-il. Sauf si Justine atteint les quarts de finale, paraît-il.

    «Une grosse inconnue»

    Souriante, les cheveux lâchés, la Rochefortoise accepte sans rien dire le jeu des photos. Tout profit pour la kyrielle de têtes blondes qui n'ont d'yeux que pour la gagnante de trois levées du Grand Chelem. Après un regard complice vers son mentor, Carlos Rodriguez, elle lance: «Oui, je suis heureuse. Je suis contente de pouvoir prendre part à ces Jeux Olympiques. Il s'agit d'une expérience unique dans une vie. Combien de sportifs ne participeront jamais aux Jeux? Je vais essayer de profiter un maximum de cet événement. Je me réjouis d'ores et déjà à l'idée de croiser plein de monde au sein du Village olympique. Participer aux Jeux Olympiques à 22 ans, c'est simplement génial!»

    Reste à savoir dans quel état physique se trouve aujourd'hui notre n°1 mondial. «Je me sens bien, lance-t-elle laconiquement. «Il est évident que ces Jeux Olympiques constituent une grosse inconnue pour moi. Je n'ai plus joué de matches depuis douze semaines. Il est certain qu'il me faudra deux, trois rencontres avant de retrouver quelques sensations. Je me ferai violence pour donner le meilleur de moi-même.»

    «L'expérience de Roland-Garros»

    Elle l'affirme sans détour: Justine ne nourrira pas de regret à l'issue de ces Jeux, quel qu'en soit le résultat. «Au sortir de Roland-Garros (dont elle fut malheureusement éliminée, au deuxième tour, par l'Italienne Garbin), je regrettais d'y avoir pris part. Avec du recul, par contre, je me suis dit que ce n'est pas si mauvais. Car cette expérience m'a de constater à quel niveau je me situais.»

    Au moment de passer au check- in, Pierre-Yves cherche l'embrassade avec sa femme. Qui, il l'espère, restera le plus longtemps possible à Athènes. Hier, ils étaient donc six à prendre leur envol pour la destination de leurs rêves. Demain, c'est un autre convoi, de onze athlètes cette fois (parmi lesquels les cyclistes emmenés par Peter Van Petegem), qui s'envolera pour la Grèce. Où, après la cérémonie d'ouverture, les compétitions débuteront samedi.

    David Lehaire

    © Les Sports 2004
    www.dhnet.be


    11:47 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    05/08/2004

    Justine ira à Athènes!

    Justine ambitieuse mais réaliste 03-08-2004
    Justine Henin-Hardenne s'estime suffisamment rétablie pour participer aux Jeux Olympiques d'Athènes. "Je vois enfin le bout du tunnel", précise-t-elle sur son site internet.

    Justine revient aux affaires. (photo photonews)

    "Athènes, me voici". Le message adressé par Justine Henin-Hardenne est clair. Les entraînements de ces derniers jours ont rassuré sur ses capacités de récupération. Justine sera donc bien présente à Athènes.  

    La cérémonie d'ouverture du 13 août devrait même permettre à la numéro un mondiale de précéder, drapeau à la main, la cinquantaine d'athlètes belges. Le premier tour du tournoi débutera le lundi 16 août.

    "Si ces derniers mois furent difficiles, je vois enfin le bout du tunnel. Il n'y a plus aucun frein sur le plan médical quant à mon retour à la compétition. La convalescence fut assez longue. En effet, j'ai attrapé le cytomégalovirus dans de bien mauvaises conditions. J'étais déjà fort diminuée par tous les efforts fournis en 2003 mais surtout par la bronchite dont j'ai souffert au mois de février. Je n'ai eu d'autre option que de laisser faire le temps pour récupérer", a déclaré Justine dans un communiqué officiel.

    "A l'heure actuelle, je me sens de mieux en mieux. Je peux m'entraîner normalement depuis une semaine, vous n'imaginez pas à quel point cela me rend heureuse. Heureuse de pouvoir à nouveau exercer ma passion et de me donner à fond pour ce que j'aime".

    "J'irai à Athènes ambitieuse comme toujours. Mais réaliste aussi. Il n'est pas facile de retrouver son niveau du jour au lendemain. Je serai de retour sur les courts, c'est ce qui m'importe le plus. Je suis fière de pouvoir aller défendre les couleurs de la Belgique. Et j'essayerai de les défendre le mieux possible. Je tiens enfin à préciser qu'après les J.O. je m'envolerai pour les U.S.A. afin d'y disputer l'US Open", conclut la résidente de Wépion.

     

    www.sport.be


    13:25 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

    12/07/2004

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 8


    12:16 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 7


    12:16 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 6


    12:16 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 5


    12:15 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 4


    12:15 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 3


    12:14 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 2


    12:14 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

    Justine dans "ELLE" Belgique - Photo 1


    12:14 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

    30/06/2004

    Le livre choc qui blesse Justine

    Le Tie-break de Justine Henin (30/06/2004)
    © DH
    Un livre émouvant mais aussi très dur sur ses relations familiales

    Retrouvez les nouveaux chiffres de la population belge dans votre DH Numérique

    BRUXELLES La popularité de Justine Henin-Hardenne ne connaît pas de frontière. Numéro un du tennis féminin, l'Ardennaise, à l'heure actuelle convalescente, a capturé le coeur de nombreux fans de par le monde par son tennis de rêve et sa détermination à vaincre l'adversité. Ce fut notamment le cas à Wimbledon, lorsqu'elle atteignit la finale de l'édition 2001 qu'elle perdit contre Venus Williams, le jour du décès de son grand-père maternel.

    C'est ce qui a poussé Mark Ryan, journaliste du Mail on Sunday, la version dominicale du Daily Mail, à publier un livre qui aurait causé un impact médiatique énorme si elle s'était produite cette année sur le sacro-saint gazon londonien. Intitulé Tie-break, Justine Henin-Hardenne Tragedy & Triumph, et paru à la veille du tournoi, il relate, en 25 chapitres et 225 pages, les exploits de la joueuse sur fond de querelle et de tragédie familiales.

    L'homme, la quarantaine, y dres- se un portrait à la fois émouvant et dur de la reine actuelle du tennis féminin au travers des entretiens qu'il eut notamment avec son père José, ses frères Thomas et David, sa soeur Sarah et sa grand-mère Jeanne, à qui il rendit visite en Belgique, et des interviews de la joueuse, de son mari Pierre-Yves et de son coach Carlos Rodriguez, recueillies sur le circuit. Ce livre, il l'a écrit avec l'espoir que cette famille torturée par un destin tragique parvienne un jour à oublier ses différends et à se réconcilier.

    Les uns y trouveront le récit d'une championne qui, marquée au fer rouge par plusieurs événements dramatiques vécus dans son adolescence, a réussi, envers et contre tout, à assouvir son rêve de jeune fille de devenir, un jour, la meilleure joueuse de la planète, en combinant talent et travail. Le triomphe de la vie sur la mort... Les autres y trouveront celui d'une jeune femme sans scrupule qui a rompu les ponts avec sa famille afin de garantir son indépendance et de privilégier sa carrière, et qui pour gagner est prête à tout jusqu'à influencer les arbitres comme ce fut le cas lors de la finale du dernier Australian Open.

    Comment Justine Henin-Hardenne en est-elle arrivée là? C'est ce que le livre tente d'expliquer...

    R. B.

    © Les Sports 2004


    11:38 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    08/06/2004

    Après Kim, Justine forfait à Wimbledon!

    Justine forfait aussi
    Justine Henin-Hardenne ne disputera pas les tournois de tennis sur herbe de Rosmalen, la semaine prochaine aux Pays-Bas, ni de Wimbledon, la 3e manche du Grand Chelem, à Londres, du 21 juin au 4 juillet. La numéro un mondiale, affectée par un virus depuis avril et affaiblie, l'a annoncé elle même dans un communiqué manuscrit transmis à l'agence de presse Belga. La joueuse compte revenir sur les courts à la mi-juillet. Ce forfait intervient peu après celui de la numéro 2 Kim Clijsters, qui manquera également Flushing Meadows.

    17:46 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

    02/06/2004

    Allez GUGA!!

    Voilà un petit d'article sur Gustavo Kuerten dit "Guga". Pourquoi? Eh ben parce qu'il est mon chouchou depuis toujours, c'est lui qui m'a donné cet amour que je porte au tennis et à Roland Garros.
     
    - "Guga, dessines-moi un coeur..."
     
    Kuerten: jamais sans ma terre! (02/06/2004)
    © AP
    La renaissance de Guga fait rugir de plaisir le central parisien

    PARIS Certains l'avaient enterré un peu vite lorsqu'une opération à la hanche droite, début 2002, l'avait condamné au repos forcé. C'était mal connaître Gustavo Kuerten, champion mythique, élu des dieux sur... terre! Revoilà donc au- jourd'hui l'artiste brésilien sous les feux de la rampe. Heureux. Bien dans sa peau. «Entre ce tournoi et moi, c'est une histoire d'amour. Il se passe toujours quelque chose de spécial. Un fluide magique...» dit-il, l'oeil complice.

    Cet après-midi, sur ce court central qui l'a vu naître et où il ne veut pas mourir, Guga défiera l'Argentin Nalbandian pour une place en demi-finales. «Ne me demandez pas de pronostic. Depuis le début du tournoi, j'aborde chaque match comme une finale, en priant pour que mon physique tienne...»

    A chaque match, ou presque, Guga fait d'ailleurs appel au kiné. A défaut de pouvoir convoquer un prêtre. Mais il gagne. Au gré des tours, il s'est offert les scalps du jeune Espagnol Almagro, de Gilles Elseneer, de Roger Federer et de Feliciano Lopez. Pas mal pour un grand blessé de guerre! «Si cela n'avait été Paris, je serais certainement en rééducation actuellement. Mais c'est le tournoi de mon coeur!»

    Ce même coeur qu'il avait dessiné sur le central, en 2001, après son troisième succès à Roland-Garros. «Je l'avais fait spontanément. C'était un symbole. J'espère pouvoir le redessiner...»

    Porte d'Auteuil, en tout cas, Guga est un héros. Il reflète ce tennis- samba que l'on a envie de marier avec un verre de caipirinha. «Roland-Garros m'inspire. Ce tournoi me pousse à dépasser mes limites...» dit-il modestement.

    Roger Federer, numéro un mondial, peut le confirmer. Simple jouet entre les mains d'une sorte de contorsionniste des courts, le Suisse a vu défiler les jeux comme les vaches, les trains. «Je n'ai jamais trouvé les clés dans son jeu», dira-t-il.

    Comme Van Gogh

    Mais où sont-elles les clés du jeu de Guga ? L'intéressé le sait-il lui même? Il joue, tout simplement, porté par son humeur impressionniste, avec sa raquette en guise de pinceau. Pour tisser sa toile. Il y a du Van Gogh chez ce Brésilien. L'apparence est nonchalante, le toucher exceptionnel. Et, comme chez les grands peintres, chaque création se fait dans la douleur. Le résultat n'en est que plus beau.

    Comme les grands crus, Kuerten se bonifie avec le temps. Le look a changé. Les tenues jaunes et les bouclettes ont laissé la place à un uniforme plus classique et à une coupe sage de premier de la classe. Mais le talent est resté le même. Une amortie par-ci, une volée par-là. Sans l'air d'y toucher. Au bon moment, voilà tout. C'est la griffe du maître.

    Et la communion avec le public s'opère naturellement. Ici, Guga fait partie de la famille. On l'aime pour ce qu'il est: un artiste, un vrai, toujours souriant, toujours de bonne humeur. Ce n'est pas un hasard si, cette année encore, il a reçu des journalistes le Prix Orange qui récompense le joueur le plus sympathique du tournoi.

    Le Prix Citron, distribué au joueur le moins sympa, a été attribué à l'Argentin David Nalbandian, celui-là même qui affrontera Kuerten cet après-midi. Vous aurez deviné de quel côté penchera le coeur du public. Mais rien ne dit, pour autant, que ce sera suffisant pour permettre à Kuerten d'atteindre les demi-finales...

    Mig. T.

    © Les Sports 2004


    11:06 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    Henin s'entraine sur dur...

    La déception de son élimination à Paris ne s'est pas estompée

    NAMUR Une semaine à peine après son élimination sur la terre battue de Roland-Garros, Justine Henin a repris l'entraînement. En compagnie de son coach, Carlos Rodriguez, la première joueuse mondiale a tourné son regard vers Wimbledon en partant frapper ses premières balles sur... surface dure, mardi, dans son club fétiche de Géronsart.

    «Malheureusement, elle doit se contenter de s'entraîner à l'intérieur, explique son mari Pierre-Yves Hardenne, vu que le club ne dispose que de terrains en terre battue à l'extérieur, mais nous connaissons également quelqu'un qui peut nous accueillir au privé.»

    «Elle a pris un gros coup sur la tête»

    L'Ardennaise a prévu de s'adonner, ces prochains jours, à une séance de tennis et à des exercices physiques, dans le but de retrouver à la fois des sensations et de la résistance. Elle ne pourra momentanément plus compter sur l'aide de Pat Etcheberry, reparti en Floride, mais il n'aura pas manqué de lui donner un programme. Histoire de mettre un maximum d'atouts de son côté, elle prendra, dès le milieu de la semaine prochaine, le chemin de Rosmalen, aux Pays-Bas, pour préparer au mieux la courte saison sur gazon.

    «Justine aime bien disputer le tournoi de Rosmalen en prélude à Wimbledon. Le rebond y est beaucoup plus bas qu'ailleurs et elle considère cela bénéfique au moment de retrouver le gazon anglais.»

    Son échec à Roland-Garros, Justine Henin ne l'a, en revanche, pas encore digéré. La déception liée à son élimination prématurée, dès le stade du deuxième tour, contre l'Italienne Tathiana Garbin, ne s'est pas estompée.

    «C'est à elle à répondre, mais elle a pris un gros coup sur la tête à Paris, avoue Pierre-Yves Hardenne. Cette défaite lui a fait très mal au moral. Elle ne nourrit pas une forme de dégoût vis-à-vis du tournoi, puisqu'elle allume régulièrement la télévision pour le suivre lorsqu'elle est à la maison, mais ce n'est pas évident à accepter. Le temps devra faire son oeuvre. Justine a besoin de retrouver confiance, et cela passera par le gain de matches. C'est la raison pour laquelle elle veut être prête pour Wimbledon.»

    La revanche d'une blonde se prépare...

    Serge Fayat

    © Les Sports 2004


    11:01 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

    26/05/2004

    Fin de l'aventure parisienne...

    pour Justine...Elle s'est inclinée face à Tathiana Garbin sur le score de 7-5, 6-4!C'est d'une tristesse, mais elle aura plus de temps pour se préparer à sa saison sur gazon!

    16:22 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    25/05/2004

    Roland Garros: Opération "rêve" la suite...

    Après le clinic Nike de samedi, nous nous sommes rendus à Roland Garros pour la journée "Benny Berthet" (journée "exhibition" pour des oeuvres caritatives). Voici quelques photos que j'ai pu prendre lors de cette journée:
    Daniela Hantuchova

    Dinara Safina

    Serena Williams

    Venus Williams

    Anastacia Myskina

    Justine Henin Hardenne

    Martina Hingis

    Svetlana Kuznetsova

    09:35 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

    24/05/2004

    Roland Garros: Opération "rêve"!

    Ce samedi matin, mon ami et moi avons mis le cap sur Paris. Accompagnés de Steffy ( http://steffy-tennis.skynetblogs.be et http://roland-garros2004.skynetblogs.be ), nous nous sommes rendus au Clinic Nike qui se déroulait dans un club de tennis proche du stade Roland Garros à la Porte d'Auteuil. Maria Sharapova fut la première star à entrer sur le court central du club pour échanger quelques balles avec les enfants venus nombreux, elle fut imiter par Roger Federer. Ce fut ensuite le tour d'Amélie Mauresmo, très souriante , et de Cédric Pioline de faire leurs apparitions. Ensuite, Anastacia Myskina et Daniela Hantuchova sont arrivées, toutes décontractées et heureuses de taper la balle avec tous les jeunes présents. Et puis Carlos Moya, Fernando Verdasco, et Rafael Nadal sont venus pour cloturer ce clinic.
     
    Une belle journée ensoleillée shineyqui a laissé des traces cool 
     
    Photos:

    19:15 Écrit par Caro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |